GENÈSE DE L’ENSEIGNEMENT

         L'histoire de cet enseignement commence en Angleterre chez John WERNHAM 2   directeur de la clinique de MAIDSTONE qui accueillait, à l'époque, l’École Européenne d'ostéopathie.

 Les principes de LITTLEJHON 1  furent développés et édités par WERNHAM dont le travail de mise en page et de clarification dura cinq années (de 1956 à 1961).

  LITTLEJOHN fut le premier à parler des lignes de gravité, des lignes de force mettant en jeu les courbes du corps selon les principes  de la mécanique STATIQUE : les fameux triangles à base inversée réunissant le crane, le bassin et les hanches, passant par des points précis de la colonne vertébrale.

       Il fallut un certain temps pour les comprendre et les appliquer et surtout pour les relier à l'ensemble mécanique élaboré par d'autres, notamment Raymond SOHIER 3  (à partir de 1950) puis Jean Claude ALLIRAND 4  ( à partir de 1974) .

STILL, LITTLEJOHN, WERNHAM en ligne directe,prolongée par SOHIER et ALLIRAND, rencontrés dans d'autres lieux, telle est une partie du programme.

" On ne peut affirmer une efficacité thérapeutique que si l'on possède la potentialité d'influencer de façon positive les équilibres biologiques des tissus auxquels on s'adresse" écrit Raymond SOHIER.

   Il définit la loi de l'interligne articulaire et l'importance du rythme binaire qui façonne la structure par le flux de forces qui passent par là.

      Il reprend et éclaire, sous un mode plus compréhensible, les lois de FRYETTE avec ses propres mots.

Jean Claude ALLIRAND fut aussi le premier à parler des lois et des principes de la mécanique dynamique.

Il développe  les vertus et la valeur du point fixe, du point mobile et du bras de levier, le débattement des segments dans le contexte du mouvement, expliquant plus clairement les lésions qui en découlent.

  Dans un tout autre registre: Jacques André LAVIER 5 , un des rares sinologues à reprendre et à corriger dans leur langue maternelle les maitres de l’acupuncture de la chine contemporaine sans jamais être contredit.

         C'est à travers Jean Claude ALLIRAND que les principes de LAVIER furent intégrés à l'ostéopathie : la médecine chinoise étant un des moyens pour comprendre les raisons du dérèglement du corps humain.

Le rythme binaire à travers les 12 dorsales, les 12 méridiens, les 3 foyers et les 5 éléments conduisant à l'élaboration du diagnostic par le pouls artériel.

Quelques personnages clés, enseignants, rencontrés à Maidstone:

Thomas DUMMER 6  par la technique d'ajustement spécifique, une autre facette moins structurelle.

John Edwin UPLEDGER 7  par sa vision fluidique.

Paul GENY 8  très structurel, sans lequel L’École Européenne d'Ostéopathie n'aurait sans doute pas existé.

Et bien d'autres aussi, issus de la BSO, remarquables dans leur enseignement.

Imprégné de toutes ces approches, comment unifier ces différents concepts.

Comment trouver ce qui les rassemblait pour que le tout soit plus important que la somme des parties mises bout à bout.

Comment découvrir les passerelles inédites pour constituer un lien logique et cohérent.

Telles sont les motivations qui présidèrent à l'élaboration de cet enseignement proposé aujourd'hui par l'AERO dans cette approche Hémodynamique de l'ostéopathie.

Jean Claude LAFABRIE

      John Wernham                          John Martin Littlejohn

​​1   John Martin LITTLEJOHN ( 1865-1947 )

Il rencontre STILL à Kirksville comme patient. Still lui permet d'enseigner la physiologie dans son école. IL quitte l'Amérique pour vivre à Londres où il fonde la British School of Ostéopathy (BSO ).

Un de ses fidèles élèves John WERNHAM devient son fils spirituel.

2 John WERNHAM ( 1907-2007 )

Tous les Maidstoniens se rappellent sa manière mystique de travailler,les yeux fermés, la parole rare, sa pratique du TGO ( traitement ostéopathique général ).

Il représente et prolonge le passage de témoin entre STILL et LITTLEJOHN.

 

3 Raymond SOHIER (1922-2018 )

Il écrit neuf livres sur le "concept Sohier" considérant que les forces qui passent par l'articulation ont un impact sur la biologie.

C'est donc la biologie mécanogène et non pas les lois de la physique et de la mécanique qui gouverne l'articulation.

L'analyse qualitative et non plus quantitative restitue la vraie valeur des tests.

Le concept Sohier est largement repris dans cet enseignement et intégré aux principes statiques de Littlejohn et dynamiques d'Allirand dans une vision globale et non plus analytique.

Jean Claude ALLIRAND

Diplômé de Maidstone, il est un des premiers à avoir vissé sa plaque en France.

Élève de Lavier il construisit le GOF ( Groupement des Ostéopathes de France ) en 1974.

Ses membres sont pour la plupart fondateurs de l'Afdo en 1973, devenu le Sfdo en 2008.
Ce groupe ouvre le premier dispensaire de soins gratuit à Saint Etienne en 1974.

Jacques André LAVIER ( 1822-1987 )

Sinologue averti, il a donc un accès direct aux sources de la tradition chinoise et de sa médecine, dont il traduit les principaux ouvrages.

Il fréquente plusieurs maitres chinois dont le professeur Wu Wei_Ping qui le nomme professeur d'acupuncture en 1960.

Il est considéré comme le dépositaire de la Tradition Chinoise.

Thomas DUMMER (1915-1998 )

Pianiste puis ostéopathe il acquiert une grande dextérité que l'on retrouve dans ses techniques très légères et effectuées dans le rythme.

Il s’intéresse au système nerveux autonome par le traitement des vertèbres atypiques.

John Edwin UPLEDGER (1932-2012 )

Ostéopathe Américain, dans le droit fil deSutherland, Magoun, becker, et Viola Frymann, il nous fait découvrir le rythme cranio sacré et aussi son approche somato émotionelle de la mémoire cellullaire.

8 Paul GENY (1912-1996 )

Formé à la BSO par John Wernham, Denis Brookes et Thomas Dummer entre autre, il monte en 1957 l'Ecole Française d'Ostéopathie à Paris.

  Chassé par les médecins il se replie à Londres avec Tom Dummer puis, en 1970, à Maidstone chez John Wernham pour former l'Ecole Européenne d'Ostéopathie.

S'abonner à notre newsletter

Aero osteo. Création Gère ton Web

  • White Facebook Icon