• AERO Ostéo

Approche hémodynamique de l'ostéopathie

Mis à jour : mai 17

​ Depuis plusieurs millénaires, dans beaucoup de pays asiatiques, la pratique du pouls artériel a été enseignée en vue d'établir un diagnostic sur l'état du patient.


La première difficulté était de rapporter ces principes ici et maintenant tout en étant ostéopathe à 100% sans trahir STILL:


La règle de l'artère est suprême

Le sang est le propre médecin du corps


La deuxième difficulté était de structurer un enseignement qui trouverait les mots justes pour que tout le monde puisse comprendre et qui permettrait à chaque ostéopathe d’être efficace, donc crédible, aux yeux du patient.


Depuis 2005, l'AERO propose de découvrir comment un ostéopathe peut finaliser un diagnostic en palpant une artère, c'est à dire en étudiant les mouvements d'un fluide dans un tuyau pour découvrir se trouve le problème et pourquoi il est apparu.


Le pouls artériel est défini comme une onde qui se propage. C’est un coup de bélier venant percuter un lac de sang (Jean Claude Allirand) comme un caillou lancé dans l’eau provoque des vagues.

La biomécanique des fluides a révélé expérimentalement la présence d’ondes réfléchies se superposant aux ondes incidentes.

Ces ondes réfléchies viennent des territoires aval c’est-à-dire des embranchements et des territoires terminaux de la micro circulation.

En étudiant ces ondes on doit avoir des informations sur la physiologie des organes et de leur fonction.

De ce point de vue le pouls palpé entre la peau et l’os doit être considéré

comme le reflet externe de la physiologie interne.

Par extension Analogique la circulation du sang est alors comprise

comme étant la circulation des fluides du corps dans leur totalité.

Rapporté à l’ensemble des fluides on a donc une idée de ce qu’il se passe dans l’ensemble du corps. (Loi hologrammique)


La palpation de l’artère permet de savoir, dans tous les cas, à quel niveau du corps se situe le barrage à l’Information.

Elle est donc le Fil Rouge conducteur de la consultation couplé à celui des tests mécaniques qui doivent tous les deux être en cohérence.



Hémodynamique AERO

Il faut chercher l'artère juste sous la peau, y pauser son doigt, apprécier le battement, descendre un peu plus dans le flot au milieu et se retrouver en bas du tuyau sans écraser contre l'os.

On doit y découvrir trois niveaux différents qui n'ont pas la même densité, la même forme, la même sensation sous le doigt qui palpe.

Ceci est la première initiation.

Quand on sait palper un "pouls normal" on peut reconnaitre sans difficulté une forme pathologique.

Imaginez la palpation d'un tuyau d'arrosage rempli d'eau.

Les mots à retenir:

Fort ou faible

Dur ou mou ou parasité

Souple, élastique et tonique

La palpation de l'artère permet de découvrir des contradictions de niveaux ou des incohérences qui vont orienter le diagnostic vers le niveau ou les niveaux à normaliser.




L'axe vertical


C'est le curseur sur lequel circule l'énergie.

C'est aussi le clavier thérapeutique incontournable


Il part du sphénoïde, interface entre le neurocrâne et le maxillaire (splanchnocrane), au centre de la base du crane et se termine au calcanéum, interface sous astragalienne.

C'est la ligne médiane qui relie les départs et les arrivées de toutes les informations qui circulent.

C'est l'axe où va s'organiser le trouble fonctionnel, alors que le symptôme est signifié sur les niveaux horizontaux ( métamériques).

C'est l'axe endocrinien, ortho et parasympathique, celui de la moelle épinière.

C'est autour de lui que s'organise l'équilibre mécanique du corps.

C'est sur cet axe vertical que vont se trouver les points clés qu'il faudra libérer pour ouvrir les portes.


Les Points Clés


Le Maxillaire Départ de l’information vers le bas du corps. C’est donc le départ des lésions descendantes .

En libérant les sutures on va agir, entre autre, sur la base du crâne et libérer le sphénoïde, puis sur l’occlusion mais pas seulement.

C'est le règne du parasympathique.

Il n'y a pas de fascia sur la face, donc sur le maxillaire.


La Clavicule

Petite clé à la croisée de l’axe vertical et de l’axe horizontal.

Elle gouverne directement le complexe de l'épaule et le membre supérieur, le dôme pleural, la première cote, l'apex thoracique et le retour lymphatique dans les sous clavières entre autre.

C'est aussi le départ des lésions descendantes.


Les Dorsales

Elles servent de points fixes aux mouvements mécaniques du cou, du tronc, des lombaires, des hanches et du bassin. C’est aussi le centre du curseur vertical sur lequel circule l’énergie du haut vers le bas puis du bas vers le haut.

Il faut d'abord libérer la source au centre avant de s'occuper de la périphérie.


La Cheville

C’est le chemin du retour vers le haut. C’est le début de la réaction. Elle est à l’origine des lésions montantes.

Elle est représentée par le jeu de la pince tibio-péroniere et celui du calcanéum autour de l'astragale qui en est l'interface, (comme le sphénoïde entre le crane et le maxillaire).



Structuro dynamique AERO

Elle permet de comprendre comment évoluent les segments du corps sous la gravité quand le patient exécute un test.

​ Par exemple lors de la flexion debout vers l’avant il faut observer la vitesse d’enroulement des courbes et comprendre que c'est un éventail qui s'ouvre du haut vers le bas et du bas vers le haut c'est à dire de la tête au bassin et de la cheville au bassin.

Le recul du bassin plus ou moins précoce n'est que la conséquence qu'il faut observer avec attention..

Lors du test de rotation de la tête assis il faut regarder l'ensemble de la colonne vertébrale, car le curseur permettant la rotation ne se résume pas au segment cervico-dorsal.











63 vues

S'abonner à notre newsletter

Aero osteo. Création Gère ton Web

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon