Logo Aero-osteo

Association d'Etude et de Recherche en Ostéopathie

APPROCHE DE LA VISION DYNAMIQUE DE LA COLONNE VERTEBRALE SELON JEAN-CLAUDE ALLIRAND REPRISE ET DEVELOPPEE DANS L'ENSEIGNEMENT AERO

   C'est encore Jean-Claude Allirand qui fut le premier à prendre le contre-pied de Martin Littlejohn. En effet celui-ci présenta une vision statique de la mécanique de la colonne vertébrale reprise par John Wernham dans sa clinique ostéopathique de Maidstone : les lignes de gravité théoriques reliant le crâne aux deux têtes fémorales puis au coccyx en passant par D11-D12 et par L3, se croisent à D4 et représentent deux triangles inversés.

   Mais ces fameux triangles n'expliquent en rien comment les courbes s'enroulent dans le mouvement, quelles sont les lois et les principes qui guident le débattement des segments, quels sont les points pivots, les points fixes, les bras de lever et les points mobiles.

   Il n'y a pas lieu dans ce propos de créer une dichotomie statique/dynamique, ni une hiérarchie de valeur de l'un par rapport à l'autre. Les deux visions ont leur importance. Notamment la statique pour observer les déviations segmentaires et aussi le voyage des flux de force à travers la structure, mais pour comprendre ces déviations il faut faire appel au mouvement et donc aux lois de la dynamique articulaire.

   De nombreuses erreurs, que j'appelle par euphémisme, des illusions ostéopathiques se sont immiscées dans la pratique de nombreux ostéopathes, résultat d'une incompréhension des principes du mouvement et ceci depuis longtemps. Un seul exemple : penser que le point pivot du mouvement de rotation de la tête se situe à C7-D1 est une erreur grossière même si l'on inclut D4 (lieu de croisement des deux triangles inversés de Littlejohn). Ceci conduit, en conséquence, à trouver des niveaux lésionnels différents et amène inévitablement à traiter dangereusement des zones secondaires que l'on aurait dû laisser tranquilles.

   Développons brièvement quelques principes de la mécanique dynamique :

  1/ Les conditions du mouvement sont définies et remplies s'il existe un point fixe, un point mobile et un bras de levier les unissant.
C'est donc la grandeur du bras de levier qui crée l'importance de la déviation du segment en position de repos : c'est-à-dire que la déviation n'est que le positionnement du point mobile au repos. Il faut donc trouver le point fixe responsable et ne pas traiter la conséquence ("la réaction dépasse l'action" dirait Raymond Sohier).

  2/ Le sommet d'une courbure et sa position par rapport à un axe vertical passant par ses deux extrémités ne sont que la conséquence du jeu du point fixe et de son point mobile correspondant. S'il existe deux points fixes aux deux extrémités de la courbe, il existe un flambement anarchique entre les deux, au point de plus grande tension (pour couder un tuyau de plomberie, il faut prendre la précaution de le faire sur un gabarit placé comme point fixe côté concave pour éviter que la pression excessive concave créée par le coudage ne provoque une trop grande tension avec rupture côté convexe). Attention donc aux sommets de courbe.

  3/ Lors du test de flexion avant debout, il faut observer le jeu dans les points pivots, lors du mouvement uniforme de flexion, la valeur de passage de l'un à l'autre et le mouvement de convexité ainsi créé. Chaque point pivot recevant le mouvement du haut vers le bas doit le transmettre vers le suivant inférieur, sinon la vitesse d'enroulement se modifie et la tension sur les EIPS est d'autant plus précoce que le problème se situe ailleurs. C'est par ce principe que le test de flexion avant debout est aussi un test de cheville !

  4/ La valeur et les vertus des 12 dorsales.

   Tous les points fixes responsables du mouvement du cou, des membres inférieurs et supérieurs, du bassin, sont inclus dans le segment thoracique. C'est le siège de la plupart des primaires. Les zones cervicales et lombaires sont des zones adaptatives, il n'y a donc que peu de chance d'y trouver des primaires.

   Seule la colonne thoracique ne change pas de polarité dans toutes les positions du corps : il y a toujours de la pression initiale sur les corps et de la tension sur les facettes postérieures équilibrées par une imbrication facettaire axée pour dégager le disque en avant (pression et tension s'inversent en s'équilibrant). Mais le passage de l'un à l'autre ou l'inverse doit se faire d'une valeur égale : la preuve en est la présence du canal médullaire qui est creux car aucune force ne vient y faire son lit. S'il n'y a pas de force, il ne peut y avoir de matière. Les forces s'opposent et s'annulent au "niveau zéro biologique" de Raymond Sohier, ce qui explique le canal médullaire des os longs, le trou obturateur iliaque, le vide entre les condyles fémoraux et aussi donc l'interligne articulaire. Autre exemple la poutre en bois dont les fentes horizontales au milieu témoignent d'un bon équilibre entre pression et tension, endroit où s'opposent et s'annulent les forces créant un vide de matière; c'est la même chose pour le béton armé : béton en haut pour lutter contre la pression, ferraillage en bas pour lutter contre la tension.

   A contrario les cervicales et les lombaires peuvent changer de polarité d'une position lordosée à une position cyphosée et retour à la normale. Il y a une position de repos, une tension sur les corps vertébraux et une pression sur les articulaires postérieurs à condition que celles-ci soient axées.

   Pour connaitre l'importance des dorsales sur les cervicales, faites le test suivant :
 » faites lever les bras avec une charge.
 » exercez un point fixe postérieur en appuyant sur la concavité cervicale : il ne se passe rien, le poids est aussi lourd.
 » exercez maintenant un point fixe postérieur sur les dorsales supérieures en imbriquant davantage les facettes postérieures (c'est-à-dire en diminuant la cyphose haute), vous donnez plus de force au bras.

   Dans le bras de fer vous aurez plus de force en mettant votre dos plat en avançant le thorax plutôt qu'en faisant le dos rond.

 Jean Claude LAFABRIE

NEWSLETTER

CONTACTEz-NOUS

Email : contact@aero-osteo.com

> Demande d'information

6 les hauts de bel air
81710 Navès

Chargement de Google Maps...