Logo Aero-osteo

Association d'Etude et de Recherche en Ostéopathie

L’épaule radiologique

M le Professeur Nicolas SANS
Responsable Médical du Pôle Imagerie des Hôpitaux de Toulouse

Si l'épaule est l'articulation la plus mobile de l'organisme, elle est également l'un des sites anatomiques dont l'imagerie est « en mouvement » et a le plus changé depuis les dernières décennies.

Il y a encore 30 ans, la radiographie était la seule technique disponible ; il faut avouer pourtant qu'avec l'arthrographie et toutes les incidences complémentaires les ruptures de la coiffe des rotateurs et les problèmes d'instabilité n'avaient déjà plus guère de secret. Mais l'imagerie a su s'intéresser non seulement à l'articulation elle-même mais également à son environnement fonctionnel. C'est ainsi qu'est apparu l'évaluation indirecte de la fonctionnalité de l'appareil musculaire de l'épaule par la tomodensitométrie qui restera un modèle exemplaire d'analyse menant à des choix thérapeutiques ciblés.

L'une des plus grandes révolutions récentes de l'imagerie musculo-squelettique est l'avènement de l'échographie, technique facile d'accès, peu coûteuse et non irradiante. C'est en effet par et pour l'épaule que beaucoup de praticiens ont pratiqué leur apprentissage de l'échographie de l'appareil locomoteur ; il faut dire que pour cette application l'échographie développée depuis plus de 20 ans a atteint sa maturité avec des sensibilités et spécificités avoisinant les 100 % du moins pour les ruptures transfixiantes de la coiffe des rotateurs.

Il reste toutefois de nombreuses questions d'imagerie en suspens ou surtout à pondérer ; pour donner deux exemples simples qu'elle est la méthode utilisée en premier lieu pour rechercher une rupture de la coiffe des rotateurs connaissant la redondance que nous offre l'arthrographie, l'échographie, l'IRM et même parfois la radiologie standard ? Quelle signification clinique donner à ces lésions autrefois ignorées que sont les « SLAP lésions » révélées d'abord par les arthroscopistes puis confirmées avec plus ou moins d'acuité par l'arthrographie, l'IRM l'arthro-scanner ou même l'arthro-IRM ?

Au total et à ce jour, l'exploration par imagerie d'une épaule douloureuse ou traumatique repose essentiellement sur le binôme radiographies/échographie. Les examens de seconde intention dépendent d'indications très précises guidées par une clinique irréprochable.

NEWSLETTER

CONTACTEz-NOUS

Email : contact@aero-osteo.com

> Demande d'information

6 les hauts de bel air
81710 Navès

Chargement de Google Maps...