Logo Aero-osteo

Association d'Etude et de Recherche en Ostéopathie

L’épaule chirurgicale

M le Docteur Marc DUPORT
Clinique du Sport MEDIPOLE GARONNE
Docteurs Marc DUPORT et Jérôme ESSIG

L’articulation gléno humérale est l’énarthrose la plus mobile du corps. Capsule et muscles (coiffe des rotateurs et deltoïde) assurent un équilibre dynamique fragile. La pathologie chirurgicale est donc très riche et pose le problème de la réparation chirurgicale et de la récupération fonctionnelle.

Les ruptures de coiffe sont suturées, les arthroses évoluées relèvent de la chirurgie prothétique, les luxations récidivantes sont stabilisées, de même que les luxations acromio- claviculaires.

En dehors de la chirurgie prothétique qui reste une chirurgie classique à ciel ouvert (même si les prothèses se réduisent en volume : prothèse de resurfaçage, même si le mini invasif est à la mode) toutes ces interventions peuvent se pratiquer sous arthroscopie et donc un peu agressives.

Nous insisterons essentiellement sur les ruptures de la coiffe des rotateurs, les instabilités d’épaule, les entorses de l’articulation acromio-claviculaire qui posent le plus de problèmes techniques et de rééducation post opératoire.

Les ruptures de la coiffe des rotateurs représentent la pathologie la plus fréquente et sont soit traumatiques, soit le plus souvent dégénératives. Plus les sujets sont jeunes, et avant 70 ans, plus la réparation chirurgicale est nécessaire et doit être précoce car on connaît leur aggravation progressive. S’y associent le plus souvent une acromioplastie et un geste sur le biceps, soit à type de ténotomie, soit à type de ténodèse.

Chez les personnes âgées de plus de 70 ans, et qui souffrent de l’épaule, seuls des gestes antalgiques (ténotomie du biceps, acromioplastie, débridement intra articulaire) sont suffisants. Cette chirurgie doit se faire aujourd’hui sous arthroscopie.

Divers procédés techniques permettent de réinsérer les tendons au niveau du trochiter dont ils se sont détachés. L’utilisation de vis intra osseuses sur lesquelles des fils sont attachés permettent sous contrôle de la vue d’appliquer le tendon contre l’os et de le fixer à celui-ci afin de favoriser la cicatrisation. L’acromioplastie correspond à la résection du bec acromial agressif, ce geste est systématiquement associé à la réparation de la coiffe des rotateurs.

Les instabilités d’épaule, le plus souvent sont antérieures et d’origine traumatique. Les indications chirurgicales sont larges surtout chez le sportif et en cas d’instabilité récidivante. Un score (le score ISIS) permet aujourd’hui de mieux adapter les techniques chirurgicales.

En effet, plus les patients sont jeunes, plus le sport est violent, de niveau compétition, plus il y a des lésions de passage, plus l’hyperlaxité est importante et plus la stabilisation relève du triple verrouillage (butée coracoïdienne).

Sinon une capsuloplastie avec réfection du bourrelet peut se faire sous arthroscopie. Les disjonctions acromio-claviculaires (stade III ou IV) relèvent aujourd’hui d’une stabilisation sous arthroscopie avec des résultats très encourageants, à condition que celles-ci soient opérées très précocement.

Les omarthroses évoluées relèvent, après le traitement médical et de rééducation, d’une chirurgie prothétique, soit à type de prothèse standard d’épaule, soit par cupule de resurfaçage. Les omarthroses excentrées sur rupture massive de la coiffe des rotateurs (épaule pseudo paralytique) relèvent d’une prothèse totale d’épaule dite inversée dont on connaît les résultats spectaculaires.

Il s’agit là des cas les plus fréquents concernant la chirurgie de l’épaule, toute cette pathologie chirurgicale relève en post opératoire d’immobilisation et de soins de rééducation qui restent longs et délicats.

NEWSLETTER

CONTACTEz-NOUS

Email : contact@aero-osteo.com

> Demande d'information

6 les hauts de bel air
81710 Navès

Chargement de Google Maps...